Pourquoi cette fureur des selfies ?

La pratique du selfie n’est pas anodine. Elle marque sans doute un tournant majeur dans le processus de démocratisation et de généralisation de la représentation de soi. En effet, à ses débuts, le portrait photographique était réservé aux grands de ce monde. Bien que la photo se généralisa par la suite, elle fut longtemps laissée aux mains des professionnels de la photographie, puis des amateurs occasionnels. Il y avait toujours l’intervention d’un regard extérieur. Nul n’était libre et maître de sa propre image. Papa, maman, d’autres encore exigeaient de manière arbitraire un sourire, une pose particulière, une manière conventionnelle de se présenter « avec naturel ». Et parfois même ils photographiaient ce que l’on ne voulait pas voir : par exemple, nos pleurs sur les genoux de Saint-Nicolas.

Enfin, avec le selfie, la maitrise de notre propre image et notre propre découverte est désormais permise. Plus tard, à l’adolescence, votre enfant y verra d’autres enjeux, le selfie sera un lieu de construction de son identité et de son réseau social, ainsi qu’une pratique partagée avec ceux qu’il estime être ses amis.

Voir l’activité : Selfie, moi-jeu